La Béroche, St-Aubin

 

Localisation

Rue de l’Hôpital, 2024 St-Aubin, NE

Dates

2017 – 2021

Statut

Chantier

Collaborateurs

Fabrice Agustoni, Samuel Maire, Almudena Miguel Borque

Photographies

AASN

Description du projet

Situé entre les noyaux historiques de Sauges et de St-Aubin, le site s’appréhende comme une grande vigne plongeant sur le lac. La lecture d’une carte de la fin du XIXème siècle nous montre cependant qu’elles sont assez récentes alors que le rivage était très marécageux. La zone où nous allons bâtir s’est récemment urbanisée et fait partie de ces secteurs englobés dans des processus de densification lancés par les autorités et confirmés par plusieurs votations populaires. Cette portion de territoire comprise entre ces deux villages est reliée par la route de l’Hôpital, vieille de plusieurs siècles (et bien plus ancienne que l’avenue du Lac, située en zone anciennement menacée par les inondations) et qui a dû changer de nom au cours de l’histoire suite à la construction de ce programme de soin.

Le site se caractérise par son vis-à-vis avec les Alpes. Le projet jouxte l’Ancien Hôpital de la Béroche, actif au cours des XXème et début XXIème siècles. Une riche végétation présente dans l’environnement direct du projet et lui confère une dimension paysagère. La volonté de maintenir cette belle composante sera un des fils conducteurs de la réflexion. Le lac et le port complètent le tableau offert au promeneur qui a loisir de s’arrêter pour admirer ce contexte exceptionnel. Le terrain en pente permet d’accentuer ce magnifique tableau. L’enjeu a été de donner au projet une forme apte à intégrer ces caractéristiques afin que ses occupants puissent en jouir, sans toutefois les enlever aux passants.

La lecture du profil du terrain permet de déceler un léger mouvement des courbes de niveau. Ces dernières perdent leur parallélisme avec la rive du lac à l’endroit du périmètre d’implantation du projet, coté est, fruit du remblai conçu pour la construction de l’Ancien Hôpital dont la première étape date de 1905. Cette forme qui s’est lissée au cours du temps fait maintenant partie intégrante du site. Elle constitue un point d’accroche cohérent au projet.

Evolution d’un bâtiment unitaire d’un seul tenant dans le sens est-ouest, l’objectif a été de trouver une relation pertinente avec les contextes bâti et paysager environnants. La morphologie du site est plutôt étirée parallèlement à la rive du lac, nous avons pris le parti de s’inscrire dans cette forme et de trouver un juste rapport d’échelle avec les bâtiments voisins. Ni trop proche, ni trop éloignée, le parti de proposer un bâtiment unitaire est-ouest s’est donc imposé d’emblée. Un volume sobre permet de mettre en évidence les richesses principales du site évoquées précédemment. Ainsi, la forme du bâtiment se met au service du contexte et le projet tisse une forte relation avec le contexte.

Le bâtiment se plie et la cassure offre une forme qui s’inscrit dans la continuité du terrain et des courbes de niveau. Le bâtiment se positionne en douceur avec une fine lecture du territoire.

L’articulation engendre deux corps de bâtiment :

– la partie est comptant 5 étages dont le plan rayonne sur 3 à 4 cotés

– un corps bas, dont le gabarit permet de maintenir sur la majeure partie de l’ensemble une taille acceptable dont la hauteur ne dépasse pas le niveau 0 de l’Ancien Hôpital.

Depuis le lac, ils se lisent comme deux bâtiments lorgnant le plan d’eau de manière rayonnante. Ils constituent un ensemble et ils qualifient de multiples espaces extérieurs.

2 zones extérieures complémentaires sont proposées :

– un jardin au sud, bien exposé au soleil, est de plain-pied sur le terrain et à proximité directe de la vigne. Sous-divisé en plusieurs sous-espaces privatifs et communs, il est aussi en lien avec la nouvelle route d’accès et inclut l’entrée principale du bâtiment. La route planifiée est raccourcie afin d’éviter toute venue de véhicules sous les fenêtres des logements.

– une place au nord, offrant une ambiance plus minérale et plus fraiche lors des chaleurs de l’été grâce à l’ombre projetée du bâtiment. Egalement à l’abri du vent une fine réflexion sur les aménagements extérieurs à cet endroit propose un lien avec le parking de l’ancien hôpital via une rampe en faible pente. L’escalier offre une liaison plus directe, l’objectif est de maintenir un lien avec le nord qui nous semble inévitable.

En coupe, nous lisons deux entrées piétonnes, le fonctionnement imaginé se veut transversal afin d’éviter toute césure nord-sud provoquée par l’implantation du nouveau volume. Les niveaux rez-de-chaussée et du 2ème étage offrent tous deux une entrée de plain-pied.

La distribution horizontale absorbe la géométrie non orthogonale du volume et propose une succession variée. Un jeu de doubles hauteurs et de puits de lumière marque les entrées de chaque appartement et permet de faire transiter la lumière et l’air. Deux escaliers de natures différentes sont prévus, l’un fonctionnel et couplé à l’ascenseur et un second, d’une seule volée, plus contemplatif offrant une vue sur le Jura. Les logements proposés sont ainsi en grande majorité complètement orthogonaux et similaires. Les irrégularités sont absorbées par les généreuses zones de circulations, lieux de rencontres permettant l’installation de tables ou fauteuils de lecture et favorisant ainsi les relations sociales.

Sur le plan structurel, une rigoureuse superposition des murs intérieurs permettra de développer un système simple et bien optimisé jusque dans le niveau du parking. L’implantation de l’abri de protection civile au sud permettra de limiter le terrassement au nord et donc d’optimiser les mouvements de terrain pour maitriser les coûts.

L’appartement type se caractérise par des espaces baignés de lumière et de géométrie et de proportions claires. Une flexibilité d’ameublement est possible alors que tous les sous-espaces du logement que nous connaissons sont proposés. Un espace extérieur protégé du vent et des intempéries est proposé dans la continuité du séjour. Un hall d’entrée donnant sur la cuisine et le premier seuil d’entrée au logement, le lieu où l’on enlève sa veste.